« L’impératif de vérification : usagers et professionnels, tous vigies de l’information ? » [Colloque – ANR Vijie — Université de Tours, 17 et 18/3/2022]

L’impératif de vérification :

usagers et professionnels, tous vigies de l’information ?

Colloque organisé dans le cadre du projet de recherche ANR-Vijie — Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public.

IUT de Tours — 17 et 18 mars 2022

 

Après une première journée d’études sur « La vie sociale du faux dans les espaces numériques : entre raison, déraison et dérision » (en novembre 2019) et une deuxième sur « Les postérités de la fausse information. La recherche documentaire entre fiabilité et faillibilité » (en mars 2021), ce colloque VIJIE portera cette fois sur « L’impératif de vérification : usagers et professionnels, tous vigies de l’information ? ».

La vérification de l’information mobilise – particulièrement en ligne où la crédibilité d’un discours repose moins sur son adéquation aux faits que sur sa correspondance avec les croyances et les pulsions émotives – de multiples acteurs, non pas uniquement des journalistes. Elle repose souvent sur une production de signes visibles et sur la rhétorique de la preuve, soit pour rendre le faux croyable, soit pour l’invalider. En ce sens, la vérification constitue un réel défi pour les usagers ordinaires : comment s’en sortent-ils ? dans quelle mesure peuvent-ils et souhaitent-ils vérifier ? mettent-ils eux-mêmes en garde ? existe-t-il des formes d’autodéfense face aux fausses informations ? et, de même que les fausses nouvelles circulent dans des réseaux de pairs, la culture du doute, de type cartésien, peut-elle se développer selon des modalités similaires ? en clair, à l’instar d’autres tendances médiatiques qui l’ont précédée, la vérification peut-elle bénéficier d’un empowerment/d’une autonomisation des usagers ?

Ne pas limiter la question de la vérification de l’information aux initiés et aux professionnels (en particulier les journalistes fact-checkers) conduit à examiner les modalités et les limites de son appropriation par les publics eux-mêmes, à observer et faire émerger des figures de citoyens effectivement investigateurs – qui fondent leurs pratiques sur la légitime posture d’enquête – mais aussi à questionner la nécessité d’accompagnement et d’assistance pour des publics plus vulnérables. Une telle approche revient à souligner les enjeux d’éducation aux médias et à l’information (EMI) et d’activation de l’esprit critique – cette dernière notion se révélant toutefois malléable, dans la mesure où elle est convoquée par des communautés parfois rivales. De même, le fact-checking journalistique s’inscrit désormais dans un spectre politique et social, en tant qu’il devient non seulement une étape dans la production de l’information mais un véritable outil de lutte anti-propagande – il peut d’ailleurs être lui‑même accusé d’être propagandiste, comme en témoignent notamment certains discours dits identitaires et/ou de réinformation. Dans les espaces numériques, les conflits autour des informations semblent ainsi s’être en partie déplacés vers des conflits autour de leur vérification, allant jusqu’à mener les puissances institutionnelles ou technologiques à s’emparer de cette question.

Vérifier l’information semble dès lors devenu pour toutes et tous une injonction – à tout le moins un impératif : c’est ce que ce colloque ambitionne d’interroger, grâce à plusieurs communications (voir programme détaillé) et à plusieurs temps d’échanges.

Inscription : jeremie.nicey[at]univtours.fr

⇩ < Télécharger le programme du colloque au format PDF >

 

« Les enjeux de la désinformation » [Présentation de la Résidence d’artiste de Julia Deck – Université de Tours, 24/11/2021]

“Les enjeux de la désinformation”

Résidence d’artiste de Julia Deck au sein de Prim

Université de Tours, Salle Thélème, 24/11/2021

 

La désinformation et ses enjeux sont au cœur des préoccupations de nos sociétés.

Ils sont aussi au coeur de la résidence d’artiste de l’université de Tours et de l’unité de recherche Prim (Pratiques et ressources de l’information et des médiations) en 2021-2022. Sur cette altération, volontaire ou non, de l’information, deux regards sont ici portés : celui de chercheurs qui travaillent, au sein de Prim, sur les fausses nouvelles (fake news) et la vérification de l’information (fact checking) et celui d’une artiste, écrivaine, Julia Deck, qui, dans ses romans, travaille sur l’information qui parvient au lecteur et sur d’éventuels complots.

Cette soirée de présentation de la résidence de Julia Deck au sein de l’unité de recherche Prim, vise à croiser les regards sur cette circulation de l’information qui parfois altère notre rapport aux choses et au monde et nous porte à ne plus rien croire ou à nous terrer dans le soupçon. L’écriture, l’imaginaire et la recherche peuvent nous permettre de construire un autre rapport à la désinformation. Autour de Julia Deck, cette soirée sera l’occasion, entre autre, d’entendre les enseignants-chercheurs et journalistes Nicolas Sourisce, David Douyère, Laurent Bigot, Gustavo Gomez-Mejia, Jérémie Nicey et Julien Giry.

< Présentation de l'événement sur le site de l'Université de Tours >

 

Les enjeux sociopolitiques d’une « catégorie problématique » – Les « théories du complot » : Discours, (dis)qualifications, usages [Conférence internationale – 10 et 11/6/2021]

Les enjeux sociopolitiques d’une « catégorie problématique ».

Les « théories du complot » : Discours, (dis)qualifications, usages

Conférence internationale organisée par :
Julien GIRY (PRIM/Université de Tours) et Emmanuel KREIS (GSRL/EPHE)
10 et 11 juin 2021

Colloque en distanciel :
Lien de connexion via Microsoft Teams : https://miniurl.be/r-3qvs
Contact: conferencetheoriesducomplot@gmail.com

⇩ < Programme au format PDF >

« Les postérités de la fausse information. La recherche documentaire entre fiabilité et faillibilité » [Journée d’études – ANR Vijie — Tours, 18/3/2021]

Les postérités de la fausse information.

La recherche documentaire entre fiabilité et faillibilité

Journée d’études organisée dans le cadre du projet de recherche ANR-Vijie —Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public.

Université de Tours (en distanciel) — 18 mars 2021

Inscription : https://tinyurl.com/inscr-je-vijie

⇩ < Programme au format PDF >

Fiche de poste assistant IGE projet Medicis / Prim : médiation patrimoniale et publics

Dans le cadre du projet de recherche régional « Medicis » (Mobiliers et décors de cour : immersion spatiale), piloté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) de l’Université de Tours (dirigé par l’historien de l’art Alain Salamagne), et inscrit dans le programme régional d’ambition recherche et développement (ARD) « Intelligences des patrimoines », l’unité de recherche en sciences de l’information et de la communication Pratiques et ressources de l’information et des médiations (Prim, EA 7503) de l’Université de Tours recrute un assistant ingénieur d’études pour une période de six mois dans le cadre d’une recherche portant sur la médiation numérique de savoirs auprès des publics.

Il s’agit de comprendre le rapport des publics aux médiations digitales proposées dans un château et leur rapport au savoir, par une enquête in situ dans un château renaissant de la région Centre Val-de-Loire, et le traitement des données issues de l’enquête. Le dispositif de médiation envisagé, à la conception duquel l’unité de recherche Prim concourt, portera sur le mobilier de la Renaissance, à travers le mobilier royal conservé vers 1500 au château Amboise et sur la restitution du décor du Logis des Sept-Vertus, construite par des informaticiens d’un laboratoire partenaire de l’université d’Orléans. Une contribution à un état de l’art sur les médiations numériques muséales et patrimoniales et leur réception et pratique par les publics est attendue.

Le profil recherché est celui d’un post-doctorant familier des questions patrimoniales, de publics et du numérique, en mesure de mener une étude, avec l’équipe Prim, auprès de publics (entretiens, questionnaires) et d’investiguer les pratiques des dispositifs numériques, voire de tester un prototype en situation auprès de visiteurs. Une formation de recherche en sociologie du patrimoine et/ou du numérique, en anthropologie de la culture, en histoire de l’art (alliée au numérique) ou en sciences de l’information et de la communication (spécialisée dans la question des usages du numérique muséal, artistique ou patrimonial et dans l’enquête auprès de publics sur les pratiques du numérique patrimonial) serait la bienvenue pour rejoindre une équipe de cinq chercheurs consacrés au projet, d’horizons épistémologiques variés. Des travaux pourront par exemple avoir été menés sur la mobilisation et l’usage de dispositifs numériques dans un château, une église ou un musée, à des fins patrimoniales, culturelles ou esthétiques. La pratique de plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol…) serait appréciée pour les entretiens avec des publics touristiques étrangers. La capacité de dialogue interdisciplinaire (information-communication, sémiologie, historiens et historiens d’art, informaticiens) est nécessaire, ainsi qu’une certaine familiarité avec des outils et dispositifs numériques.

Les perspectives dans lesquelles s’inscrit la recherche, pour aider à la comprendre, sont grosso modo les suivantes : les publics sont pensés comme étant en attente de narrations historiques qui leur permettent d’identifier les lieux et les objets, mais ces médiations ne doivent pas se substituer aux œuvres et lieux qu’ils « font connaître » ; le rapport aux dispositifs numériques ne va pas de soi, et les attentes des publics sont variées ; le langage et l’image, les signes mobilisés jouent un rôle important dans la médiation de savoirs ; la contestation des représentations préalables est un enjeu complexe de ces médiations, quand le savoir proposé vient heurter les supposés savoirs connus (le lit médiéval n’est pas un lit, la chambre d’apparat n’est pas habitée, etc.). Les dispositifs de médiation s’inscrivent souvent dans un prisme communicationnel et discursif unique, or le travail de restitution historique doit pouvoir s’adresser à différents niveaux d’appréhension de savoirs autour du patrimoine afin de pouvoir toucher des publics différents. La triple dimension expérientielle (rencontre du lieu et de l’œuvre), narrative (imaginaire, figures, ambiance, personnages) et épistémique (accès à des savoirs) est ici capitale dans la conception du dispositif de médiation historique et patrimonial auquel doit aboutir l’étude des publics dans leurs attentes, croyances et pratiques.

La perspective globale du projet est historique, inscrite en histoire de l’art et patrimoniale, au service d’une institution. L’appréhension des savoirs autour des œuvres patrimoniales passe par leur documentation ; les médiations numériques sont souvent vectrices de ces données documentaires mais elles ne suffisent pas à restituer l’ensemble des savoirs nécessaires pour contextualiser et comprendre l’œuvre dans son ancrage historique. Il s’agit donc dans cette portion du projet de réfléchir à la médiation informationnelle, de connaissances et patrimoniales, et à la façon dont le numérique peut accompagner une expérience de loisir et de plaisir colorée d’apprentissage et de rencontres de figures de référence du passé. Elle vient servir une certaine représentation historique et politique qui s’anime et se perpétue de cette évocation.

Si l’évolution épidémiologique de la Covid-19 rend difficile les projections en termes de déplacement, il est prévu qu’une enquête de terrain soit menée dès février, puis en avril, durant les périodes de vacances, dans un château royal de la région, d’intérêt national. Des rencontres avec les équipes de recherche auront lieu sur place, un ordinateur portable et un bureau partagé seront mis à disposition à l’Institut universitaire de technologie de l’université de Tours, où se trouve l’espace de travail de l’unité de recherche Prim. Une forte présence dans la région Centre Val-de-Loire est donc souhaitée durant la période contractuelle.

Durée du contrat : 6 mois

Dates de début et de fin du contrat : 15 février 2020 – 15 août 2021.

Type de contrat : CDD

Quotité : 100%

Statut : assistant ingénieur (INM 353) : environ 1 600 € euros bruts mensuels (soit environ 1 300 € net) + prime de précarité.

Employeur : Université de Tours

Lieu : Prim, IUT de Tours.

Information contextuelle en ligne : https://prim.hypotheses.org/, https://cesr.cnrs.fr/, https://intelligencedespatrimoines.fr/, https://intelligencedespatrimoines.fr/chambord-chateaux/medicis/, https://www.univ-tours.fr/, https://www.chateau-amboise.com/fr/

Dépôt des candidatures : avant le 11 janvier 2021.

Adresser les candidatures à David Douyère (david.douyere@univ-tours.fr) et Maryse Rizza (maryse.rizza@univ-tours.fr).

Dossier de candidature : lettre, C.V., et autant que possible un article ou extrait d’une recherche personnelle portant sur une enquête menée auprès de publics ou sur des dispositifs de médiation patrimoniale et culturelle.

< Télécharger au format PDF >

“Vive l’arène ? La vie sociale du faux dans les espaces numériques” [Journée d’études – ANR Vijie — Tours, 29/11/2019]

Vive l’arène ?

La vie sociale du faux dans les espaces numériques : entre raison, déraison et dérision

Journée d’études organisée dans le cadre du projet de recherche ANR-Vijie —Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public.

IUT de Tours — 29 novembre 2019

⇩ < Programme au format PDF >