« L’impératif de vérification : usagers et professionnels, tous vigies de l’information ? » [Colloque – ANR Vijie — Université de Tours, 17 et 18/3/2022]

L’impératif de vérification :

usagers et professionnels, tous vigies de l’information ?

Colloque organisé dans le cadre du projet de recherche ANR-Vijie — Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public.

IUT de Tours — 17 et 18 mars 2022

 

Après une première journée d’études sur « La vie sociale du faux dans les espaces numériques : entre raison, déraison et dérision » (en novembre 2019) et une deuxième sur « Les postérités de la fausse information. La recherche documentaire entre fiabilité et faillibilité » (en mars 2021), ce colloque VIJIE portera cette fois sur « L’impératif de vérification : usagers et professionnels, tous vigies de l’information ? ».

La vérification de l’information mobilise – particulièrement en ligne où la crédibilité d’un discours repose moins sur son adéquation aux faits que sur sa correspondance avec les croyances et les pulsions émotives – de multiples acteurs, non pas uniquement des journalistes. Elle repose souvent sur une production de signes visibles et sur la rhétorique de la preuve, soit pour rendre le faux croyable, soit pour l’invalider. En ce sens, la vérification constitue un réel défi pour les usagers ordinaires : comment s’en sortent-ils ? dans quelle mesure peuvent-ils et souhaitent-ils vérifier ? mettent-ils eux-mêmes en garde ? existe-t-il des formes d’autodéfense face aux fausses informations ? et, de même que les fausses nouvelles circulent dans des réseaux de pairs, la culture du doute, de type cartésien, peut-elle se développer selon des modalités similaires ? en clair, à l’instar d’autres tendances médiatiques qui l’ont précédée, la vérification peut-elle bénéficier d’un empowerment/d’une autonomisation des usagers ?

Ne pas limiter la question de la vérification de l’information aux initiés et aux professionnels (en particulier les journalistes fact-checkers) conduit à examiner les modalités et les limites de son appropriation par les publics eux-mêmes, à observer et faire émerger des figures de citoyens effectivement investigateurs – qui fondent leurs pratiques sur la légitime posture d’enquête – mais aussi à questionner la nécessité d’accompagnement et d’assistance pour des publics plus vulnérables. Une telle approche revient à souligner les enjeux d’éducation aux médias et à l’information (EMI) et d’activation de l’esprit critique – cette dernière notion se révélant toutefois malléable, dans la mesure où elle est convoquée par des communautés parfois rivales. De même, le fact-checking journalistique s’inscrit désormais dans un spectre politique et social, en tant qu’il devient non seulement une étape dans la production de l’information mais un véritable outil de lutte anti-propagande – il peut d’ailleurs être lui‑même accusé d’être propagandiste, comme en témoignent notamment certains discours dits identitaires et/ou de réinformation. Dans les espaces numériques, les conflits autour des informations semblent ainsi s’être en partie déplacés vers des conflits autour de leur vérification, allant jusqu’à mener les puissances institutionnelles ou technologiques à s’emparer de cette question.

Vérifier l’information semble dès lors devenu pour toutes et tous une injonction – à tout le moins un impératif : c’est ce que ce colloque ambitionne d’interroger, grâce à plusieurs communications (voir programme détaillé) et à plusieurs temps d’échanges.

Inscription : jeremie.nicey[at]univtours.fr

⇩ < Télécharger le programme du colloque au format PDF >

 

« Les enjeux de la désinformation » [Présentation de la Résidence d’artiste de Julia Deck – Université de Tours, 24/11/2021]

“Les enjeux de la désinformation”

Résidence d’artiste de Julia Deck au sein de Prim

Université de Tours, Salle Thélème, 24/11/2021

 

La désinformation et ses enjeux sont au cœur des préoccupations de nos sociétés.

Ils sont aussi au coeur de la résidence d’artiste de l’université de Tours et de l’unité de recherche Prim (Pratiques et ressources de l’information et des médiations) en 2021-2022. Sur cette altération, volontaire ou non, de l’information, deux regards sont ici portés : celui de chercheurs qui travaillent, au sein de Prim, sur les fausses nouvelles (fake news) et la vérification de l’information (fact checking) et celui d’une artiste, écrivaine, Julia Deck, qui, dans ses romans, travaille sur l’information qui parvient au lecteur et sur d’éventuels complots.

Cette soirée de présentation de la résidence de Julia Deck au sein de l’unité de recherche Prim, vise à croiser les regards sur cette circulation de l’information qui parfois altère notre rapport aux choses et au monde et nous porte à ne plus rien croire ou à nous terrer dans le soupçon. L’écriture, l’imaginaire et la recherche peuvent nous permettre de construire un autre rapport à la désinformation. Autour de Julia Deck, cette soirée sera l’occasion, entre autre, d’entendre les enseignants-chercheurs et journalistes Nicolas Sourisce, David Douyère, Laurent Bigot, Gustavo Gomez-Mejia, Jérémie Nicey et Julien Giry.

< Présentation de l'événement sur le site de l'Université de Tours >

 

Appel à projet : « Les enjeux de la désinformation » — Résidence d’artiste au sein l’unité de recherche Prim (Université de Tours, 2021-2022)

<…>

Le faux semble envahissant, et certains s’efforcent de le traquer, de le rectifier, pour produire une information « juste » et sûre. D’aucuns soupçonnent l’existence de pratiques actives de désinformation, qu’elles touchent des questions politiques, sociales, économiques, culturelles, religieuses… Journalisme et médias, vigies endurcies postées sur internet tentent de déjouer ce jeu du faux souvent volontaire, mais d’intentionnalité parfois moins évidente. L’unité de recherche Prim travaille notamment, depuis plusieurs années, sur les dispositifs de vérification de l’information dans les médias et sur internet, sur ses enjeux politiques et sociaux, en lien avec l’École publique de journalisme de Tours (EPJT) et les formations qu’elle anime.

L’unité de recherche Prim serait par conséquent heureuse d’accueillir un.e artiste qui, quel que soit son support de création (arts numériques, vidéo, théâtre, écriture, danse et chorégraphie, création musicale, arts plastiques, photographie, peinture…), l’interroge dans ses pratiques de recherche sur la désinformation et la fasse évoluer dans ses conceptions, pratiques et résultats, dans une démarche de co-action art et recherche, inédite pour l’unité.

Apprendre à repérer le faux, mettre en doute l’information, mesurer les effets de la désorientation, s’engager dans un programme actif de dérivation (ou menant à une dérive) pourraient être les actions, parmi d’autres, d’un tel projet artistique, au sein d’une équipe très ouverte à la créativité, sous toutes ses formes. Un tel travail artistique pourrait questionner la forme prise par une donnée prétendant à l’information, entre illusion et abus du regardeur, spectateur ou lecteur, ou le rôle de l’image et du document-preuve dans la désinformation. La désinformation peut jouer également des croyances et de l’émotion, que l’art sait mettre en jeu et en visibilité, et déjouer.

La question de la désinformation et du faux touche en effet la forme que prend (c’est sa nature même) l’information. Un travail esthétique sur un univers perceptif, ou un travail sur l’écriture, la mise en scène et le récit, pourraient également ici interroger le désir de vérité et l’irruption de la falsification dans notre rapport au monde. La désinformation peut être également questionnée dans sa dimension de contamination, et sa portée politique. Entrent en jeu ici à la fois la sphère du « monde numérique » de l’information, mais aussi le relais médiatique, souvent questionné par l’art contemporain, dans ses formes artefactuelles (télévision, radio, ordinateur…) ou dans ses programmes.

L’artiste, comme celui qui n’informe pas, a donc un rôle à jouer pour nous faire saisir ce qui nous désinforme et nous désoriente. L’art nous déroutera ici de façon heuristique, car il est invérifiable.

<…>

Composition du dossier
– Une lettre d’intention expliquant notamment le projet artistique, les motivations et l’adéquation avec l’unité de recherche
– Un Curriculum Vitae de l’artiste ou du collectif
– Un dossier artistique présentant les réalisations représentatives de la démarche artistique et du parcours artistique
Ce dossier est à envoyer avant le 3 mai 2021 à midi
Uniquement par mail en format .pdf
Poids maximum du dossier : 15 Mo
à cecile.thomas[at]univ-tours.fr

⇩ < Télécharger l'appel complet au format PDF >