Appel à communications : « Applications religieuses et de méditation » — Journée d’études (Université de Tours, 17/11/2021)

« Applications religieuses et de méditation »

Journée d’études organisée par Ghizlane Benjamaa (Cemti, Université Paris 8) & Colas Zibaut (Prim, Université de Tours)

 

Argumentaire :

Depuis presque une dizaine d’années, les applications mobiles se sont immiscées dans la sphère intime. Téléchargées sur des appareils qui accompagnent les usagers partout, elles font désormais partie intégrante de la vie des utilisateurs de smartphones.

Suivant cette évolution, les offres religieuses et spirituelles se sont rapidement converties au marché des applications (Isabelle Jonveaux, 2013). Les plateformes de téléchargement comme l’App Store ou le Play Store regorgent non seulement de jeux, de guides fitness, de GPS et salons de rencontre, mais aussi d’applications ayant pour but d’accompagner des pratiques spirituelles. Il est désormais possible de pratiquer toutes sortes de rites sur portable. Si les religions monothéistes sont les plus représentées dans ce domaine avec un univers applicatif comptant plusieurs centaines de propositions, toutes les traditions religieuses disposent d’applications destinées à leurs fidèles (Heidi Campbell, 2017). Au-delà du religieux, chaque pratique spirituelle a trouvé dans les applications une possibilité d’expansion et de reconfiguration de ses contenus habituels. Il existe ainsi désormais des applications de méditation en pleine conscience, de cartomancie, de chamanisme, d’astrologie, de chiromancie, etc.

Le périmètre de cette journée d’études est plutôt large, et prend donc pour objet l’offre spirituelle applicative en général. Seront ici considérées les applications mobiles ayant pour objet une pratique religieuse ou spirituelle. Nous entendons ici « spiritualité » comme un ensemble de croyances, de discours, d’affects, d’exercices et de pratiques visant à façonner l’esprit.

Nous proposons ainsi d’explorer certaines problématiques communes aux applications religieuses et spirituelles dans leur diversité selon une analyse socio-sémiotique et socio- économique. Dans ce cadre, nous nous intéresserons tout particulièrement au design des interfaces numériques et à la modélisation de celles-ci en abordant cette question par le prisme des fonctionnalités partagées par cette famille d’applications.

Le champ des réseaux d’acteurs produisant, concevant et distribuant les applications religieuses et de méditation est complexe, et leurs motivations sont diverses, ce qui conduit à des interprétations variées. Cette journée d’étude sera l’occasion d’aborder l’articulation fine des « grammaires de production » (Eliséo Véron) de ces applications et les stratégies de communication qui y sont encodées. Chaque intervenant aura ainsi loisir de mettre en lumière une fonctionnalité (apparente ou sous-jacente) de l’application de son choix appartenant au champ religieux ou spirituel. Il pourra être pertinent de montrer comment cette fonctionnalité se décline dans différentes applications du champ en fonction d’impératifs propres à chacune des religions. Par exemple, si l’on prend l’aspect communautaire, il s’organise différemment selon qu’on se place dans une application islamique ou de méditation. Sur Muslim Pro il prend plutôt la forme d’un onglet qui permet aux utilisateurs d’avoir accès aux « prières » des autres membres de la communauté mais aussi de formuler des demandes de prières. Dans un autre cadre, sur l’application de méditation InsightTimer, l’élaboration du sentiment de communauté se concrétise sous la forme d’une carte mondiale des personnes en train de méditer en même temps, chaque point scintillant sur la carte étant la représentation d’une personne utilisant l’application en temps réel.

Ainsi, des termes similaires peuvent être employés de façon multiple par les concepteurs selon la confession ou la pratique spirituelle qu’ils ciblent et être exploités dans une grande variété de fonctionnalités.

Modalités de soumission

La liste des fonctionnalités dont l’étude est possible n’est pas arrêtée. Nous proposons cependant ici une première cartographie dans laquelle votre proposition pourrait s’insérer.

  1. Prière, méditation (l’utilisateur est sollicité pour effectuer une action, souvent guidé par un contenu audio).
  2. Médiation, partage d’un enseignement (accès à un catalogue de contenus théoriques ou doctrinaux).
  3. Géolocalisation (lien entre l’expérience numérique et physique de la religion, par exemple en répertoriant les lieux de culte à proximité).
  4. Communauté (l’organisation de la sociabilité au sein de l’app).
  5. Temporalités : suivre un enseignement, une cérémonie en direct (lives vidéos ou audios), enjoindre à la pratique (le rôle des notifications), organiser les moments de déconnexion pour se détacher du smartphone.

Les propositions sont à envoyer au plus tard le 30 juin 2021 à l’adresse suivante : apps.spirituelles@gmail.com

Site web : https://apps-spirituelles.fr/
⇩ < Télécharger l'appel complet au format PDF >

 

Appel à projet : « Les enjeux de la désinformation » — Résidence d’artiste au sein l’unité de recherche Prim (Université de Tours, 2021-2022)

<…>

Le faux semble envahissant, et certains s’efforcent de le traquer, de le rectifier, pour produire une information « juste » et sûre. D’aucuns soupçonnent l’existence de pratiques actives de désinformation, qu’elles touchent des questions politiques, sociales, économiques, culturelles, religieuses… Journalisme et médias, vigies endurcies postées sur internet tentent de déjouer ce jeu du faux souvent volontaire, mais d’intentionnalité parfois moins évidente. L’unité de recherche Prim travaille notamment, depuis plusieurs années, sur les dispositifs de vérification de l’information dans les médias et sur internet, sur ses enjeux politiques et sociaux, en lien avec l’École publique de journalisme de Tours (EPJT) et les formations qu’elle anime.

L’unité de recherche Prim serait par conséquent heureuse d’accueillir un.e artiste qui, quel que soit son support de création (arts numériques, vidéo, théâtre, écriture, danse et chorégraphie, création musicale, arts plastiques, photographie, peinture…), l’interroge dans ses pratiques de recherche sur la désinformation et la fasse évoluer dans ses conceptions, pratiques et résultats, dans une démarche de co-action art et recherche, inédite pour l’unité.

Apprendre à repérer le faux, mettre en doute l’information, mesurer les effets de la désorientation, s’engager dans un programme actif de dérivation (ou menant à une dérive) pourraient être les actions, parmi d’autres, d’un tel projet artistique, au sein d’une équipe très ouverte à la créativité, sous toutes ses formes. Un tel travail artistique pourrait questionner la forme prise par une donnée prétendant à l’information, entre illusion et abus du regardeur, spectateur ou lecteur, ou le rôle de l’image et du document-preuve dans la désinformation. La désinformation peut jouer également des croyances et de l’émotion, que l’art sait mettre en jeu et en visibilité, et déjouer.

La question de la désinformation et du faux touche en effet la forme que prend (c’est sa nature même) l’information. Un travail esthétique sur un univers perceptif, ou un travail sur l’écriture, la mise en scène et le récit, pourraient également ici interroger le désir de vérité et l’irruption de la falsification dans notre rapport au monde. La désinformation peut être également questionnée dans sa dimension de contamination, et sa portée politique. Entrent en jeu ici à la fois la sphère du « monde numérique » de l’information, mais aussi le relais médiatique, souvent questionné par l’art contemporain, dans ses formes artefactuelles (télévision, radio, ordinateur…) ou dans ses programmes.

L’artiste, comme celui qui n’informe pas, a donc un rôle à jouer pour nous faire saisir ce qui nous désinforme et nous désoriente. L’art nous déroutera ici de façon heuristique, car il est invérifiable.

<…>

Composition du dossier
– Une lettre d’intention expliquant notamment le projet artistique, les motivations et l’adéquation avec l’unité de recherche
– Un Curriculum Vitae de l’artiste ou du collectif
– Un dossier artistique présentant les réalisations représentatives de la démarche artistique et du parcours artistique
Ce dossier est à envoyer avant le 3 mai 2021 à midi
Uniquement par mail en format .pdf
Poids maximum du dossier : 15 Mo
à cecile.thomas[at]univ-tours.fr

⇩ < Télécharger l'appel complet au format PDF >