Appel à communications : « Applications religieuses et de méditation » — Journée d’études (Université de Tours, 17/11/2021)

« Applications religieuses et de méditation »

Journée d’études organisée par Ghizlane Benjamaa (Cemti, Université Paris 8) & Colas Zibaut (Prim, Université de Tours)

 

Argumentaire :

Depuis presque une dizaine d’années, les applications mobiles se sont immiscées dans la sphère intime. Téléchargées sur des appareils qui accompagnent les usagers partout, elles font désormais partie intégrante de la vie des utilisateurs de smartphones.

Suivant cette évolution, les offres religieuses et spirituelles se sont rapidement converties au marché des applications (Isabelle Jonveaux, 2013). Les plateformes de téléchargement comme l’App Store ou le Play Store regorgent non seulement de jeux, de guides fitness, de GPS et salons de rencontre, mais aussi d’applications ayant pour but d’accompagner des pratiques spirituelles. Il est désormais possible de pratiquer toutes sortes de rites sur portable. Si les religions monothéistes sont les plus représentées dans ce domaine avec un univers applicatif comptant plusieurs centaines de propositions, toutes les traditions religieuses disposent d’applications destinées à leurs fidèles (Heidi Campbell, 2017). Au-delà du religieux, chaque pratique spirituelle a trouvé dans les applications une possibilité d’expansion et de reconfiguration de ses contenus habituels. Il existe ainsi désormais des applications de méditation en pleine conscience, de cartomancie, de chamanisme, d’astrologie, de chiromancie, etc.

Le périmètre de cette journée d’études est plutôt large, et prend donc pour objet l’offre spirituelle applicative en général. Seront ici considérées les applications mobiles ayant pour objet une pratique religieuse ou spirituelle. Nous entendons ici « spiritualité » comme un ensemble de croyances, de discours, d’affects, d’exercices et de pratiques visant à façonner l’esprit.

Nous proposons ainsi d’explorer certaines problématiques communes aux applications religieuses et spirituelles dans leur diversité selon une analyse socio-sémiotique et socio- économique. Dans ce cadre, nous nous intéresserons tout particulièrement au design des interfaces numériques et à la modélisation de celles-ci en abordant cette question par le prisme des fonctionnalités partagées par cette famille d’applications.

Le champ des réseaux d’acteurs produisant, concevant et distribuant les applications religieuses et de méditation est complexe, et leurs motivations sont diverses, ce qui conduit à des interprétations variées. Cette journée d’étude sera l’occasion d’aborder l’articulation fine des « grammaires de production » (Eliséo Véron) de ces applications et les stratégies de communication qui y sont encodées. Chaque intervenant aura ainsi loisir de mettre en lumière une fonctionnalité (apparente ou sous-jacente) de l’application de son choix appartenant au champ religieux ou spirituel. Il pourra être pertinent de montrer comment cette fonctionnalité se décline dans différentes applications du champ en fonction d’impératifs propres à chacune des religions. Par exemple, si l’on prend l’aspect communautaire, il s’organise différemment selon qu’on se place dans une application islamique ou de méditation. Sur Muslim Pro il prend plutôt la forme d’un onglet qui permet aux utilisateurs d’avoir accès aux « prières » des autres membres de la communauté mais aussi de formuler des demandes de prières. Dans un autre cadre, sur l’application de méditation InsightTimer, l’élaboration du sentiment de communauté se concrétise sous la forme d’une carte mondiale des personnes en train de méditer en même temps, chaque point scintillant sur la carte étant la représentation d’une personne utilisant l’application en temps réel.

Ainsi, des termes similaires peuvent être employés de façon multiple par les concepteurs selon la confession ou la pratique spirituelle qu’ils ciblent et être exploités dans une grande variété de fonctionnalités.

Modalités de soumission

La liste des fonctionnalités dont l’étude est possible n’est pas arrêtée. Nous proposons cependant ici une première cartographie dans laquelle votre proposition pourrait s’insérer.

  1. Prière, méditation (l’utilisateur est sollicité pour effectuer une action, souvent guidé par un contenu audio).
  2. Médiation, partage d’un enseignement (accès à un catalogue de contenus théoriques ou doctrinaux).
  3. Géolocalisation (lien entre l’expérience numérique et physique de la religion, par exemple en répertoriant les lieux de culte à proximité).
  4. Communauté (l’organisation de la sociabilité au sein de l’app).
  5. Temporalités : suivre un enseignement, une cérémonie en direct (lives vidéos ou audios), enjoindre à la pratique (le rôle des notifications), organiser les moments de déconnexion pour se détacher du smartphone.

Les propositions sont à envoyer au plus tard le 30 juin 2021 à l’adresse suivante : apps.spirituelles@gmail.com

Site web : https://apps-spirituelles.fr/
⇩ < Télécharger l'appel complet au format PDF >

 

Les enjeux sociopolitiques d’une « catégorie problématique » – Les « théories du complot » : Discours, (dis)qualifications, usages [Conférence internationale – 10 et 11/6/2021]

Les enjeux sociopolitiques d’une « catégorie problématique ».

Les « théories du complot » : Discours, (dis)qualifications, usages

Conférence internationale organisée par :
Julien GIRY (PRIM/Université de Tours) et Emmanuel KREIS (GSRL/EPHE)
10 et 11 juin 2021

Colloque en distanciel :
Lien de connexion via Microsoft Teams : https://miniurl.be/r-3qvs
Contact: conferencetheoriesducomplot@gmail.com

⇩ < Programme au format PDF >

Appel à projet : « Les enjeux de la désinformation » — Résidence d’artiste au sein l’unité de recherche Prim (Université de Tours, 2021-2022)

<…>

Le faux semble envahissant, et certains s’efforcent de le traquer, de le rectifier, pour produire une information « juste » et sûre. D’aucuns soupçonnent l’existence de pratiques actives de désinformation, qu’elles touchent des questions politiques, sociales, économiques, culturelles, religieuses… Journalisme et médias, vigies endurcies postées sur internet tentent de déjouer ce jeu du faux souvent volontaire, mais d’intentionnalité parfois moins évidente. L’unité de recherche Prim travaille notamment, depuis plusieurs années, sur les dispositifs de vérification de l’information dans les médias et sur internet, sur ses enjeux politiques et sociaux, en lien avec l’École publique de journalisme de Tours (EPJT) et les formations qu’elle anime.

L’unité de recherche Prim serait par conséquent heureuse d’accueillir un.e artiste qui, quel que soit son support de création (arts numériques, vidéo, théâtre, écriture, danse et chorégraphie, création musicale, arts plastiques, photographie, peinture…), l’interroge dans ses pratiques de recherche sur la désinformation et la fasse évoluer dans ses conceptions, pratiques et résultats, dans une démarche de co-action art et recherche, inédite pour l’unité.

Apprendre à repérer le faux, mettre en doute l’information, mesurer les effets de la désorientation, s’engager dans un programme actif de dérivation (ou menant à une dérive) pourraient être les actions, parmi d’autres, d’un tel projet artistique, au sein d’une équipe très ouverte à la créativité, sous toutes ses formes. Un tel travail artistique pourrait questionner la forme prise par une donnée prétendant à l’information, entre illusion et abus du regardeur, spectateur ou lecteur, ou le rôle de l’image et du document-preuve dans la désinformation. La désinformation peut jouer également des croyances et de l’émotion, que l’art sait mettre en jeu et en visibilité, et déjouer.

La question de la désinformation et du faux touche en effet la forme que prend (c’est sa nature même) l’information. Un travail esthétique sur un univers perceptif, ou un travail sur l’écriture, la mise en scène et le récit, pourraient également ici interroger le désir de vérité et l’irruption de la falsification dans notre rapport au monde. La désinformation peut être également questionnée dans sa dimension de contamination, et sa portée politique. Entrent en jeu ici à la fois la sphère du « monde numérique » de l’information, mais aussi le relais médiatique, souvent questionné par l’art contemporain, dans ses formes artefactuelles (télévision, radio, ordinateur…) ou dans ses programmes.

L’artiste, comme celui qui n’informe pas, a donc un rôle à jouer pour nous faire saisir ce qui nous désinforme et nous désoriente. L’art nous déroutera ici de façon heuristique, car il est invérifiable.

<…>

Composition du dossier
– Une lettre d’intention expliquant notamment le projet artistique, les motivations et l’adéquation avec l’unité de recherche
– Un Curriculum Vitae de l’artiste ou du collectif
– Un dossier artistique présentant les réalisations représentatives de la démarche artistique et du parcours artistique
Ce dossier est à envoyer avant le 3 mai 2021 à midi
Uniquement par mail en format .pdf
Poids maximum du dossier : 15 Mo
à cecile.thomas[at]univ-tours.fr

⇩ < Télécharger l'appel complet au format PDF >

« Les postérités de la fausse information. La recherche documentaire entre fiabilité et faillibilité » [Journée d’études – ANR Vijie — Tours, 18/3/2021]

Les postérités de la fausse information.

La recherche documentaire entre fiabilité et faillibilité

Journée d’études organisée dans le cadre du projet de recherche ANR-Vijie —Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public.

Université de Tours (en distanciel) — 18 mars 2021

Inscription : https://tinyurl.com/inscr-je-vijie

⇩ < Programme au format PDF >

Fiche de poste assistant IGE projet Medicis / Prim : médiation patrimoniale et publics

Dans le cadre du projet de recherche régional « Medicis » (Mobiliers et décors de cour : immersion spatiale), piloté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) de l’Université de Tours (dirigé par l’historien de l’art Alain Salamagne), et inscrit dans le programme régional d’ambition recherche et développement (ARD) « Intelligences des patrimoines », l’unité de recherche en sciences de l’information et de la communication Pratiques et ressources de l’information et des médiations (Prim, EA 7503) de l’Université de Tours recrute un assistant ingénieur d’études pour une période de six mois dans le cadre d’une recherche portant sur la médiation numérique de savoirs auprès des publics.

Il s’agit de comprendre le rapport des publics aux médiations digitales proposées dans un château et leur rapport au savoir, par une enquête in situ dans un château renaissant de la région Centre Val-de-Loire, et le traitement des données issues de l’enquête. Le dispositif de médiation envisagé, à la conception duquel l’unité de recherche Prim concourt, portera sur le mobilier de la Renaissance, à travers le mobilier royal conservé vers 1500 au château Amboise et sur la restitution du décor du Logis des Sept-Vertus, construite par des informaticiens d’un laboratoire partenaire de l’université d’Orléans. Une contribution à un état de l’art sur les médiations numériques muséales et patrimoniales et leur réception et pratique par les publics est attendue.

Le profil recherché est celui d’un post-doctorant familier des questions patrimoniales, de publics et du numérique, en mesure de mener une étude, avec l’équipe Prim, auprès de publics (entretiens, questionnaires) et d’investiguer les pratiques des dispositifs numériques, voire de tester un prototype en situation auprès de visiteurs. Une formation de recherche en sociologie du patrimoine et/ou du numérique, en anthropologie de la culture, en histoire de l’art (alliée au numérique) ou en sciences de l’information et de la communication (spécialisée dans la question des usages du numérique muséal, artistique ou patrimonial et dans l’enquête auprès de publics sur les pratiques du numérique patrimonial) serait la bienvenue pour rejoindre une équipe de cinq chercheurs consacrés au projet, d’horizons épistémologiques variés. Des travaux pourront par exemple avoir été menés sur la mobilisation et l’usage de dispositifs numériques dans un château, une église ou un musée, à des fins patrimoniales, culturelles ou esthétiques. La pratique de plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol…) serait appréciée pour les entretiens avec des publics touristiques étrangers. La capacité de dialogue interdisciplinaire (information-communication, sémiologie, historiens et historiens d’art, informaticiens) est nécessaire, ainsi qu’une certaine familiarité avec des outils et dispositifs numériques.

Les perspectives dans lesquelles s’inscrit la recherche, pour aider à la comprendre, sont grosso modo les suivantes : les publics sont pensés comme étant en attente de narrations historiques qui leur permettent d’identifier les lieux et les objets, mais ces médiations ne doivent pas se substituer aux œuvres et lieux qu’ils « font connaître » ; le rapport aux dispositifs numériques ne va pas de soi, et les attentes des publics sont variées ; le langage et l’image, les signes mobilisés jouent un rôle important dans la médiation de savoirs ; la contestation des représentations préalables est un enjeu complexe de ces médiations, quand le savoir proposé vient heurter les supposés savoirs connus (le lit médiéval n’est pas un lit, la chambre d’apparat n’est pas habitée, etc.). Les dispositifs de médiation s’inscrivent souvent dans un prisme communicationnel et discursif unique, or le travail de restitution historique doit pouvoir s’adresser à différents niveaux d’appréhension de savoirs autour du patrimoine afin de pouvoir toucher des publics différents. La triple dimension expérientielle (rencontre du lieu et de l’œuvre), narrative (imaginaire, figures, ambiance, personnages) et épistémique (accès à des savoirs) est ici capitale dans la conception du dispositif de médiation historique et patrimonial auquel doit aboutir l’étude des publics dans leurs attentes, croyances et pratiques.

La perspective globale du projet est historique, inscrite en histoire de l’art et patrimoniale, au service d’une institution. L’appréhension des savoirs autour des œuvres patrimoniales passe par leur documentation ; les médiations numériques sont souvent vectrices de ces données documentaires mais elles ne suffisent pas à restituer l’ensemble des savoirs nécessaires pour contextualiser et comprendre l’œuvre dans son ancrage historique. Il s’agit donc dans cette portion du projet de réfléchir à la médiation informationnelle, de connaissances et patrimoniales, et à la façon dont le numérique peut accompagner une expérience de loisir et de plaisir colorée d’apprentissage et de rencontres de figures de référence du passé. Elle vient servir une certaine représentation historique et politique qui s’anime et se perpétue de cette évocation.

Si l’évolution épidémiologique de la Covid-19 rend difficile les projections en termes de déplacement, il est prévu qu’une enquête de terrain soit menée dès février, puis en avril, durant les périodes de vacances, dans un château royal de la région, d’intérêt national. Des rencontres avec les équipes de recherche auront lieu sur place, un ordinateur portable et un bureau partagé seront mis à disposition à l’Institut universitaire de technologie de l’université de Tours, où se trouve l’espace de travail de l’unité de recherche Prim. Une forte présence dans la région Centre Val-de-Loire est donc souhaitée durant la période contractuelle.

Durée du contrat : 6 mois

Dates de début et de fin du contrat : 15 février 2020 – 15 août 2021.

Type de contrat : CDD

Quotité : 100%

Statut : assistant ingénieur (INM 353) : environ 1 600 € euros bruts mensuels (soit environ 1 300 € net) + prime de précarité.

Employeur : Université de Tours

Lieu : Prim, IUT de Tours.

Information contextuelle en ligne : https://prim.hypotheses.org/, https://cesr.cnrs.fr/, https://intelligencedespatrimoines.fr/, https://intelligencedespatrimoines.fr/chambord-chateaux/medicis/, https://www.univ-tours.fr/, https://www.chateau-amboise.com/fr/

Dépôt des candidatures : avant le 11 janvier 2021.

Adresser les candidatures à David Douyère (david.douyere@univ-tours.fr) et Maryse Rizza (maryse.rizza@univ-tours.fr).

Dossier de candidature : lettre, C.V., et autant que possible un article ou extrait d’une recherche personnelle portant sur une enquête menée auprès de publics ou sur des dispositifs de médiation patrimoniale et culturelle.

< Télécharger au format PDF >

Youtubeurs, youtubeuses : inventions subjectives [Études digitales, n°7]

Études digitales, n°7 :

“Youtubeurs, youtubeuses : inventions subjectives”

Dossier coordonné par David Douyère, Gustavo Gomez-Mejia, Jérémie Nicey, Angèle Stalder et Samuel Tietse.

https://classiques-garnier.com/etudes-digitales-2019-1-n-7-youtubeurs-youtubeuses-inventions-subjectives.html

⇩ < Sommaire au format PDF >

Colloque international “Radio en mobilité” [GRER/Prim – Tours, 21-23/11/2019]

Radio en mobilité :

programmes – pratiques – techniques – perspectives

Colloque international organisé par le Groupe d’études et de recherches sur la radio (GRER) avec l’équipe PRIM.
Université de Tours – 21-23 novembre 2019

⇩ < Programme au format PDF >

“Vive l’arène ? La vie sociale du faux dans les espaces numériques” [Journée d’études – ANR Vijie — Tours, 29/11/2019]

Vive l’arène ?

La vie sociale du faux dans les espaces numériques : entre raison, déraison et dérision

Journée d’études organisée dans le cadre du projet de recherche ANR-Vijie —Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public.

IUT de Tours — 29 novembre 2019

⇩ < Programme au format PDF >

Colloque international “Youtubeurs, Youtubeuses. Figures – formats – savoirs – pouvoirs” [Prim — Tours, 9-10/11/2017]

“Youtubeurs, Youtubeuses.

Figures – formats – savoirs – pouvoirs”

Colloque international organisé par l’équipe Prim.

Université de Tours — 9-10 novembre 2017

⇩ < Programme au format PDF >

Site du colloque : https://youtubeursyoutubeuses.wordpress.com/

“La médiatisation culinaire et alimentaire” [Journée d’études Prim/Gresec — Tours, 15/9/2017]

La médiatisation culinaire et alimentaire

Journée d’études du Pôle Alimentation de l’Université de Tours
organisée par Prim (Université de Tours) et le Gresec (Université Grenoble Alpes)
IEHCA, Villa Rabelais —15 septembre 2017

⇩ < Programme au format PDF >

“Communication et plagiat. De la médiatisation des pratiques plagiaires” [Journée d’études — Tours, 3/12/2015]

“Communication et plagiat.

De la médiatisation des pratiques plagiaires”

Journée d’études organisée par l’équipe Prim.

IUT de Tours —  3 décembre 2015

⇩ < Programme au format PDF >

“Composer avec les régimes de Google : autorité, notoriété, opacité” [Journée d’études — Tours, 5/2/2015]

Composer avec les régimes de Google :

autorité, notoriété, opacité »

Journée d’études organisée par Prim.

IUT de Tours —  5 février 2015

⇩ < Programme au format PDF >