Fiche de poste assistant IGE projet Medicis / Prim : médiation patrimoniale et publics

Dans le cadre du projet de recherche régional « Medicis » (Mobiliers et décors de cour : immersion spatiale), piloté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) de l’Université de Tours (dirigé par l’historien de l’art Alain Salamagne), et inscrit dans le programme régional d’ambition recherche et développement (ARD) « Intelligences des patrimoines », l’unité de recherche en sciences de l’information et de la communication Pratiques et ressources de l’information et des médiations (Prim, EA 7503) de l’Université de Tours recrute un assistant ingénieur d’études pour une période de six mois dans le cadre d’une recherche portant sur la médiation numérique de savoirs auprès des publics.

Il s’agit de comprendre le rapport des publics aux médiations digitales proposées dans un château et leur rapport au savoir, par une enquête in situ dans un château renaissant de la région Centre Val-de-Loire, et le traitement des données issues de l’enquête. Le dispositif de médiation envisagé, à la conception duquel l’unité de recherche Prim concourt, portera sur le mobilier de la Renaissance, à travers le mobilier royal conservé vers 1500 au château Amboise et sur la restitution du décor du Logis des Sept-Vertus, construite par des informaticiens d’un laboratoire partenaire de l’université d’Orléans. Une contribution à un état de l’art sur les médiations numériques muséales et patrimoniales et leur réception et pratique par les publics est attendue.

Le profil recherché est celui d’un post-doctorant familier des questions patrimoniales, de publics et du numérique, en mesure de mener une étude, avec l’équipe Prim, auprès de publics (entretiens, questionnaires) et d’investiguer les pratiques des dispositifs numériques, voire de tester un prototype en situation auprès de visiteurs. Une formation de recherche en sociologie du patrimoine et/ou du numérique, en anthropologie de la culture, en histoire de l’art (alliée au numérique) ou en sciences de l’information et de la communication (spécialisée dans la question des usages du numérique muséal, artistique ou patrimonial et dans l’enquête auprès de publics sur les pratiques du numérique patrimonial) serait la bienvenue pour rejoindre une équipe de cinq chercheurs consacrés au projet, d’horizons épistémologiques variés. Des travaux pourront par exemple avoir été menés sur la mobilisation et l’usage de dispositifs numériques dans un château, une église ou un musée, à des fins patrimoniales, culturelles ou esthétiques. La pratique de plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol…) serait appréciée pour les entretiens avec des publics touristiques étrangers. La capacité de dialogue interdisciplinaire (information-communication, sémiologie, historiens et historiens d’art, informaticiens) est nécessaire, ainsi qu’une certaine familiarité avec des outils et dispositifs numériques.

Les perspectives dans lesquelles s’inscrit la recherche, pour aider à la comprendre, sont grosso modo les suivantes : les publics sont pensés comme étant en attente de narrations historiques qui leur permettent d’identifier les lieux et les objets, mais ces médiations ne doivent pas se substituer aux œuvres et lieux qu’ils « font connaître » ; le rapport aux dispositifs numériques ne va pas de soi, et les attentes des publics sont variées ; le langage et l’image, les signes mobilisés jouent un rôle important dans la médiation de savoirs ; la contestation des représentations préalables est un enjeu complexe de ces médiations, quand le savoir proposé vient heurter les supposés savoirs connus (le lit médiéval n’est pas un lit, la chambre d’apparat n’est pas habitée, etc.). Les dispositifs de médiation s’inscrivent souvent dans un prisme communicationnel et discursif unique, or le travail de restitution historique doit pouvoir s’adresser à différents niveaux d’appréhension de savoirs autour du patrimoine afin de pouvoir toucher des publics différents. La triple dimension expérientielle (rencontre du lieu et de l’œuvre), narrative (imaginaire, figures, ambiance, personnages) et épistémique (accès à des savoirs) est ici capitale dans la conception du dispositif de médiation historique et patrimonial auquel doit aboutir l’étude des publics dans leurs attentes, croyances et pratiques.

La perspective globale du projet est historique, inscrite en histoire de l’art et patrimoniale, au service d’une institution. L’appréhension des savoirs autour des œuvres patrimoniales passe par leur documentation ; les médiations numériques sont souvent vectrices de ces données documentaires mais elles ne suffisent pas à restituer l’ensemble des savoirs nécessaires pour contextualiser et comprendre l’œuvre dans son ancrage historique. Il s’agit donc dans cette portion du projet de réfléchir à la médiation informationnelle, de connaissances et patrimoniales, et à la façon dont le numérique peut accompagner une expérience de loisir et de plaisir colorée d’apprentissage et de rencontres de figures de référence du passé. Elle vient servir une certaine représentation historique et politique qui s’anime et se perpétue de cette évocation.

Si l’évolution épidémiologique de la Covid-19 rend difficile les projections en termes de déplacement, il est prévu qu’une enquête de terrain soit menée dès février, puis en avril, durant les périodes de vacances, dans un château royal de la région, d’intérêt national. Des rencontres avec les équipes de recherche auront lieu sur place, un ordinateur portable et un bureau partagé seront mis à disposition à l’Institut universitaire de technologie de l’université de Tours, où se trouve l’espace de travail de l’unité de recherche Prim. Une forte présence dans la région Centre Val-de-Loire est donc souhaitée durant la période contractuelle.

Durée du contrat : 6 mois

Dates de début et de fin du contrat : 15 février 2020 – 15 août 2021.

Type de contrat : CDD

Quotité : 100%

Statut : assistant ingénieur (INM 353) : environ 1 600 € euros bruts mensuels (soit environ 1 300 € net) + prime de précarité.

Employeur : Université de Tours

Lieu : Prim, IUT de Tours.

Information contextuelle en ligne : https://prim.hypotheses.org/, https://cesr.cnrs.fr/, https://intelligencedespatrimoines.fr/, https://intelligencedespatrimoines.fr/chambord-chateaux/medicis/, https://www.univ-tours.fr/, https://www.chateau-amboise.com/fr/

Dépôt des candidatures : avant le 11 janvier 2021.

Adresser les candidatures à David Douyère (david.douyere@univ-tours.fr) et Maryse Rizza (maryse.rizza@univ-tours.fr).

Dossier de candidature : lettre, C.V., et autant que possible un article ou extrait d’une recherche personnelle portant sur une enquête menée auprès de publics ou sur des dispositifs de médiation patrimoniale et culturelle.

< Télécharger au format PDF >


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.